Home

avr
26
xfactor

Il y a quelques semaines mes acouphènes sont revenus à leur niveau initial, c’est à dire fort. Je n’ai pas pu en trouver la cause, mais je pense que plusieurs facteurs ont provoqué cette rechute. Mes études me prennent beaucoup de temps et les examens sont toujours une période de stress assez importante. J’ai moins de temps pour moi et j’ai laissé tombé la méditation depuis quelques mois. Moins de méditation, plus de stress = plus d’acouphènes. Une fois de plus, je vérifie le lien stress/perception des acouphènes.

Autre facteur, une infection ORL. J’ai décidé de retourner à la piscine il y a quelques semaines. J’ai d’abord fréquenté une piscine gratuite de quartier et je me suis trouvé très rapidement avec une infection ORL, le nez bouché de la toux, et un début d’otite (YMCA du Parc, à éviter!). Cela a entraîné une augmentation mécanique des acouphènes, ce qui est normal car ils augmentent toujours quand j’ai une infection au niveau du nez ou des sinus, comme si il y avait un phénomène de réverbération accentué par l’inflammation ou l’obstruction.

J’ai changé de piscines depuis et je n’ai plus aucun trouble ORL à signaler. Les acouphènes ont baissé mais ils n’ont pas retrouvé le niveau très bas de ces derniers mois. Je pense qu’il faut que je retrouve ma routine de méditation pour y parvenir.

xfactor
17:13
 
juin
7
xfactor

Je ne publie plus souvent sur ce blog, et pour cause. Mes acouphènes font maintenant partie de moi, je vis avec, c’est comme s’ils avaient toujours existé. Ils ne sont plus une obsession, j’y pense uniquement quand ils sont forts, mais ils ne me perturbent pas plus que ça.

J’en profite donc pour donner un peu d’espoir et partagez mes conseils.

Même sans traitement médicament ou chirurgical efficace, on peut vivre avec un acouphène. Je suis persuadé que le cerveau est capable de beaucoup de choses, et en particulier de filtrer et de mettre de côté certaines sensations pénibles. Le plus dur avec les acouphènes, c’est le début. Les premiers jours on est paniqué. Les premiers mois on est déprimé. Après on s’habitue. Il y a tellement plus grave dans la vie !

Quand je suis allé voir un psy pour m’aider à surmonter mon opération chirurgicale et mes acouphènes, il n’a tout de suite orienté vers la Méditation Pleine Conscience du Dr Jon Kabat-Zinn. J’ai téléchargé sur internet la méthode Symbiofi du docteur Christophe André, qui s’en inspire. Elle coûte moins de 45 euros, et je vous assure que c’est de l’argent bien investi. Ces exercices ne soignent pas les acouphènes mais apprennent à les mettre de côté, à ne plus se laisser bouffer par eux,  et finalement à les oublier. Vous trouverez la méthode sur le site Symbiofi. D’autres produits sont disponibles, dont la Cohérence Cardiaque. Je n’est pas testé mais les retours sont excellents. Vous trouverez également les livres et CD-Roms de Christophe André sur Amazon.

J’ai également essayé de lire les écrits de Jon Kabat-Zinn, dont « Où tu vas, tu es« , mais pour être franc je n’ai pas pu finir le livre, trop philosophique et abstrait !

Je vous recommande un autre livre que je viens de dévorer, écrit par le Dr Frédéric Rosenberg : « Méditer, c’est se soigner« . Il passe en revue tous les bienfaits de la méditation, et même s’il ne parle pas des acouphènes, vous comprendrez en le lisant que la méditation peut aider à les supporter. Si vous n’êtes pas encore convaincu, une étude scientifique a prouvé il y a quelques mois que la méditation peut réduire la douleur. Si le cerveau du méditant est capable de réduire la sensation de douleur, il est forcément capable également  de réduire la souffrance causée par les acouphènes !

J’en ai déjà parlé dans deux autres articles, mais la sophrologie m’a beaucoup aidé également. Vous pouvez lire mon avis sur le livre de Patricia Grévin ici, et mon bilan après quelques scéances de sophrologie avec elle.

Enfin, je conseille également le livre de David Servan-Schreiber, « Anticancer« . Rien à voir avec les acouphènes me direz vous ? Pas si sûr. Quand on se rend compte des quantités incroyables de poison qu’on ingurgite chaque jour via la nourriture industrielle et qui provoquent de nombreuses maladies, on comprend qu’une vie saine et une alimentation saine sont de puissants atouts pour améliorer le système immunitaire et la santé en général. Les conseils prodigués dans le livre permettront d’être en meilleure forme, d’avoir un meilleur mental, de perdre du poids, et tout cela contribuera à mieux vivre avec des acouphènes. Et en bonus, ça réduit les risques d’avoir un cancer, ou ça ralentit son évolution. Alors pourquoi se priver ?

Pour conclure, je vous donnerai un conseil de vie. J’ai décidé après mes problèmes de santé de changer de vie et de quitter la France, pour m’installer au Canada. Je me félicite chaque jour d’avoir pris cette décision. Je vis maintenant une vie beaucoup plus épanouissante, sans stress, dans un beau pays, avec des gens adorables et civilisés. Les acouphènes, la perception qu’on en a, et leur incidence sur le moral sont liées au niveau de stress. Je pense également qu’ils sont un signal d’alarme, un thermomètre. Si vous le pouvez, prenez du recul, débarrassez vous de tout ce qui vous stresse dans la vie, apprenez à vous détendre, à prendre des moments pour vous. Faites du sport, promenez-vous dans les bois, faites du vélo, de la pêche. Apprenez le dessin, une langue étrangère, donnez du temps dans une association, faites du Yoga. Sortez du carcan Métro Boulot Dodo, et vos acouphènes s’en porteront mieux. Et par pitié, arrêtez de chercher des infos sur le net ou de lire les forums sur les acouphènes à partir du moment où vous avez rencontré des ORL sérieux et passé les examens médicaux requis. J’en profite pour vous recommander deux ORL : Alain Londero et Joël Waterkeyn. Avec eux, vous êtes en de bonnes mains, et s’ils ne peuvent médicalement rien pour vous, n’en consultez pas d’autres !

xfactor
16:51
 
sept
7
xfactor

Le 14 juillet des amis m’ont invité dans un bar français pour fêter la fête nationale. J’y vais à reculons, en me promettant de me tenir loin du bruit. J’hésite à prendre mes bouchons, et finalement je les laisse à la maison car je ne vois pas l’intérêt de voir des amis si c’est pour ne pas les entendre parler.

Ils ne sont pas au courant de mes problèmes d’oreilles. Je me suis longtemps résigné à ne plus en parler, car personne ne prend ça au sérieux, alors à quoi bon ? Je dis juste que je ne n’aime pas les lieux bruyants, car on ne s’entend plus parler. En général ça suffit.

Je me retrouve finalement dans un bar minuscule, très bruyant, avec des français éméchés qui chantent des vieilles chansons pouraves (le Lac du Connermara, la chenille…). La sono est juste derrière moi, et la qualité du son est catastrophique.

Le gros problème, c’est que je n’ai pas osé dire que je ne supportais pas ce bruit, pour ne pas gâcher la fête et obliger mes amis à aller sur le trottoir. J’ai fait exactement ce qu’il ne fallait pas faire : rester devant des baffles, avec un son probablement supérieur à 100 db, pendant au moins une heure. De l’inconscience pure. Mais c’est toujours difficile de dire aux autres qu’on s’en va, alors qu’on vient d’arriver. N’en pouvant plus de voir ces gens bourés, d’entendre cette musique de m… et de souffrir du bruit en imaginant les effets destructeurs sur mon oreille interne, j’ai finalement dit qu’il fallait que je sorte pour téléphoner, puis je leur ai dit que je devais rentrer.

Le soir, rien à signaler, mais le lendemain, je me réveille avec la sensation d’avoir l’oreille gauche bouchée, et d’entendre beaucoup moins bien. Ça a duré 1 mois !

Bizarrement, ça ne m’a pas stressé plus que ça, je me suis forcer à me relaxer, à ne pas y prêter trop attention, justement pour éviter de déclencher le cercle vicieux : troubles d’oreilles => stress => acouphènes => stress, etc…

Finalement petit à petit la sensation d’oreille bouchée s’est calmée et aujourd’hui tout est revenu « normal » (si on considère qu’entendre un souffle pulsatile 24h/24 est normal).

Tout ça m’a servi de leçon. Dorénavant, mes oreilles passeront avant tout et si des amis veulent aller dans un bar bruyant je déclinerai toujours l’invitation.

La semaine dernière, un évènement inattendu s’est produit. Pendant toute une journée, je n’ai pas pensé une seule fois à mes acouphènes. Ce n’est que le soir devant la télé que je me suis aperçu qu’ils étaient là…

xfactor
19:13
 
juil
14
xfactor

Cela fait un an que je n’ai pas publié d’articles, et j’ai reçu de nombreux messages pour me demander où j’en étais. Aujourd’hui il est temps de faire un petit bilan.

Les acouphènes sont toujours là malheureusement, mais il y a du progrès.

J’ai quitté Paris pour Montréal en octobre dernier. Juste avant de partir, j’ai fait quelques séances de Sophrologie avec Patricia Grévin dont je parlais dans mon précédent article. Je ne la remercierai jamais assez pour l’aide qu’elle m’a apporté. Elle ne m’a pas soigné, mais elle m’a permis de prendre beaucoup de recul et de mieux gérer émotionnellement les crises. Je suis parti au Canada avec des MP3 de sophrologie et de méditation « pleine conscience ». Je les utilise régulièrement dès que j’en ai besoin. Et ça marche !

Petit à petit, j’ai commencé à mettre l’acouphène de côté, en ne fréquentant plus du tout les forums et en ne m’occupant plus de ce site.

J’ai eu l’esprit très occupé par mon déménagement et la découverte d’un nouveau pays et d’une nouvelle ville, ce qui a permis de penser à autre chose. De plus je suis dans une ville moins stressante, ce qui a évidemment des répercussions sur mon état nerveux.

En janvier j’ai repris le sport de façon intensive, avec pour objectif de perdre tous les kilos pris après ma première opération. Je ne sais toujours pas pourquoi j’ai commencé à entendre ces battements un soir d’octobre 2009, mais passer de 72kg à 59 en un mois, puis remonter à 80 en quelques semaines n’y est peut être pas étranger.

Aujourd’hui j’ai perdu 7 kilos (après un poids de 85 en arrivant ici). Mon corps va mieux et je retrouve mon état de 2009, ce qui est toujours bon pour le moral, ce qui ne fait jamais de mal quand on a des acouphènes.

Ils sont toujours là, mais j’ai de plus en plus de périodes ou je n’y pense plus. Je pense qu’ils sont moins forts, même si j’observe régulièrement des périodes de plusieurs jours pendant lesquels ils sont plus forts. Mais globalement,ça va mieux.

J’ai eu il y a quelques mois des spasmes du tympan ou d’autres chose dans cette zone. J’entendais un claquement sec, répétitif, qui durait plusieurs secondes ou plusieurs minutes. C’était épuisant. Je pense avoir réglé le problème en prenant du magnésium pendant plusieurs semaines. Depuis, plus rien.

Il y a quelques semaines, j’ai pu réécouter de la musique avec un casque. Pour l’instant je supporte. Par contre, un concert en février a été difficile à supporter, pendant, et une semaine après, malgré le port de bouchons.

Je ne prends aucun médoc, je limite l’alcool, je fais beaucoup de sport, je me détends au maximum, et je ne vais plus sur france-acouphènes ! Voilà ma recette pour que tout devienne plus supportable !

xfactor
16:00
 
juil
1
xfactor

Je viens de recevoir le livre « Acouphènes : Les soulager avec la sophrologie« , de Patricia Grévin. Depuis que je souffre d’acouphènes, je n’ai jamais fait appel à aucune méthode de relasion ou médecine parallèle. J’ai hésité à faire de l’acupuncture, j’ai juste acheté une méthode de relaxation qui me n’a pas particulièrement aidé. Et puis je suis tombé sur ce livre et je l’ai commandé. Le prix est bon marché, c’est toujours moins cher qu’un rendez-vous chez un ORL !

Même si la sophrologie ne m’aide pas, c’est toujours intéressant de lire le parcours de quelqu’un qui a souffert d’acouphènes. Patricia Grévin n’est pas quelqu’un qui a trouvé un bon filon et qui s’engouffre dedans, c’est surtout une ancienne comptable qui a souffert d’acouphènes, qui a essayé la sophrologie et qui a finalement décidé d’en faire son métier.
Je vous tiendrai au courant de l’intérêt de ce livre !

Si vous souhaitez le commander, je vous recommande Amazon. Les frais de port sont offerts et je l’ai reçu en 48h.

A part ça, j’ai pris rendez-vous avec un ORL réputé dont Patricia Grévin parle justement dans son livre. J’ai d’abord essayé de le consulter à l’hopital, mais les prochains rendez-vous étaient pour janvier 2011 !! Comment beaucoup de médecins il consulte également dans le privé, et je le verrai en août ! Heureusement que j’ai une bonne mutuelle !

05 juillet : Voilà, j’ai fini de lire le bouquin de Patricia Grévin. Le bilan est assez mitigé. En lisant, on arrive à se convaincre que la sophrologie peut aider. Le gros problème, c’est qu’il n’y a aucune méthode. Il ya bien quatre ou cinq pages à la fin décrivant quelques exercices, mais on trouve les mêmes sur n’importe quel site consacré à la sophrologie. Néanmoins, sa lecture a au moins le mérite de redonner un peu d’espoir.

xfactor
16:41
 
mai
20
xfactor

Retour à l’hôpital pour une cure d’éventration (le terme est plus effrayant que ça ne l’est en réalité). Au réveil, l’acouphène semble avoir diminué, je passe une journée groggy sans vraiment les entendre. Le lendemain, c’est une autre histoire. En soirée, ma température monte à 39, et quand je déglutis, mon oreille droite fait un bruit de bulles qui éclatent. Je préviens les infirmiers, on me fait une prise de sang pour rechercher une infection. Je signale mes problèmes d’extraction de dent et de sinus perforé (à droite). Personne n’a d’otoscope pour regarder mes oreilles. Avec la fièvre, l’acouphène est revenu, mais différemment. L’acouphène « historique », à gauche, a doublé de volume. Un nouveau bruit est apparu à droite. Pulsatile également, mais avec une tonalité légèrement différente. J’ai même l’impression que la pulsation est décalée par rapport à celui de gauche.

Je n’arrive pas à dormir, car le pire, c’est qu’il est permanent. Avant l’opération, il diminuait le soir et dormir du côté gauche le rendait presque imperceptible. Ce n’est plus le cas.

La fièvre chute grâce à une perf de potion magique et le lendemain les recherches d’infection reviennent négatives. Aucune explication concernant la fièvre, l’oreille craquette toujours légèrement, et l’acouphène est violent.

La nuit suivante est courte, impossible de dormir avec ces battement des deux côtés, la douleur de l’opération, et le bruit dans les couloirs. Je commande dès le lendemain des somnifères.

Je dors enfin, mais ça pulse en permanence, jour et nuit, c’est à en devenir fou.

La suite se traduit par une grosse déprime… douleurs, marre de l’hôpital, augmentation des acouphènes, bouffe immonde, j’ai du mal à tenir…

De retour chez moi, ça ne diminue pas tout de suite. J’ai encore besoin de 2 semaines de somnifères, puis petit à petit, l’équilibre revient. L’acouphène à droite disparait, celui à gauche retrouve plus ou moins ses caractéristiques d’avant l’opération. Je dors à nouveau correctement, de façon naturelle.

Deux nouveautés… J’entendais la nuit un autre acouphène pulsatile, très faible, très aigu, et non calqué sur le rythme cardiaque. Une sorte de tic-tic-tic très rapide. Il a disparu complètement.

Je peux à nouveau dormir du côté droit. L’acouphène est toujours plus fort de ce côté, mais la différence est moindre. C’est un gros progrès !

Autre curiosité, il m’arrive régulièrement de dormir jusqu’à 12h, alors que dhabitude, l’acouphène me sort du lit beaucoup plus tôt. Quand ça arrive, je sais que l’acouphène sera plus calme le reste de la journée. Je me demande donc s’il est faible parce que j’ai fait une bonne nuit de sommeil, ou si j’ai bien dormi parce qu’il était déjà faible. Je penche pour la deuxième option.

En journée pas de nouveauté, le volume augmente et diminue, ou plutot, j’y apporte plus ou moins d’attention en fonction de ce que je fais. J’en ai juste marre de devoir écouter de la musique en permanence… Je voudrais juste faire une sieste au soleil.

Je suis toujours frustré par ma dernière IRM et par l’oubli des radiologue de faire un contrôle du cou. Je trouve un rendez-vous rapide dans un hopital près de chez moi pour une IRM cervicale, qui ne donne rien. Il me reste un dernier examen, l’angioscanner, plus invasif. Je ne suis toujours pas décidé. Le faire d’avoir eu un acouphène pulsatile à droite également me laisse penser que ce n’est peut-être pas vasculaire. Par contre j’essaie de prendre rendrez-vous à l’hopital Pompidou et à l’hôpital Avecennes à Bobigny, qui ont plusieurs médecins spécialistes des acouphènes, mais les énormes délais me découragent (entre 3 mois et 9 mois) , d’autant plus que je quitte la France début octobre.

Je vais tenter une meilleure hygiène de vie : régime et sport, on verra bien…

xfactor
10:59
 
avr
21
xfactor

Quand les acouphènes dont leur apparition, les premiers moments sont très angoissants. On ne comprend pas ce qui se passe, et on a souvent une peur panique de souffrir de quelque chose de grave, en particulier quand ils sont pulsatiles. On pense tout de suite à un problème cardiaque ou vasculaire : rupture d’anévrisme notamment. Le plus dur est de trouver de l’aide, et des réponses. Le premier réflexe est d’aller voir son médecin traitant, car il vous connait suffisamment pour savoir que vous ne simulez pas. Il saura rassurer et orienter. Une visite chez l’ORL est la suite logique, pour identifier ou éliminer les causes les plus évidentes. Ensuite, c’est le désert. On se retrouve bien souvent seul avec sa pathologie. Les proches, même s’ils sont importants, ont souvent du mal à comprendre la gravité de la situation. Pour eux, c’est juste un bruit. Pour le patient, c’est une torture, surtout quand l’acouphène s’accompagne d’hyperacousie.

La démarche la plus logique est alors de rechercher la compagnie d’autres acouphéniques. A l’heure d’internet, on ne se contente plus d’aller voir des associations, ou de participer à des réunions d’entraide : on fréquente des forums, on lit des témoignagnes, on répond, on participe.

A première vue, cette démarche semble très utile, mais certaines précautions s’imposent, car cette fréquention de forums consacrés aux acouphènes, et plus généralement à n’importe quelle maladie, peut devenir très perturbante voir contre-productive.

Il faut garder à l’esprit une évidence : la plupart des personnes qui fréquentent les forums ne sont pas guéries. Et les personnes guéries, sauf en cas d’altruisme particulièrement développé, ne veulent plus entendre parler de leur ancienne pathologie et ne fréquentent plus les forums. Il y est donc difficile d’y trouver des témoignagnes positifs, non parce qu’ils n’existent pas, mais parce que ceux qui sont guéries sont passés à autre chose.

Deuxième observation, les personnes qui fréquentent les forums sont généralement les plus atteintes, celles qui souffrent le plus de leur acouphène. Les autres se sont habituées et préfèrent se tenir à l’écart des autres malades, parce qu’en matière d’acouphènes, moins on y pense, plus on s’y habitue.

J’ai également souvent remarqué de l’agressivité chez certains participants. Il semble parfois y avoir des concours de souffrance, et ceux qui souffrent moins sont souvent rabroués : « oui mais toi, ta situations est moins grave, tu souffres moins, ton acouphène est moins fort, donc ta parole n’a pas de valeur ». J’ai souvent lus des témoignages d’anciens malades qui venaient annoncer leur guérison, et qui se faisaient incendier, sous prétexte qu’ils venaient narguer les vrais malades, ceux qui souffraient vraiment de cette maladie. On trouve également souvent des messages de malades à bout qui viennent crier leur désespoir, et quand on souffre soit même de cette maladie, on a du mal à les supporter, car on ne peut s’empêcher de s’identifier et de penser qu’on sera peut-être comme ça dans quelques mois ou quelques années.

J’ai donc pour ma part pris mes distances par rapport aux forums. J’y passe de temps en temps pour me tenir au courant des nouveaux traitements, pour demander une info sur un médoc susceptible d’aider, ou pour avoir un avis sur un médecin, mais je ne participe plus. J’ai réalisé que leur effet pouvait être dévastateur et déprimant, et que s’en éloigner, c’était déjà une victoire sur l’acouphène.

Néanmoins, ils peuvent être utiles pour faire connaissance avec d’autres personnes touchées, poser des questions, se faire aider ou aider un petit nouveau qui panique. Bref, à consommer avec modération, et recul !

xfactor
14:54
 
avr
20
xfactor

Vendredi dernier, nouvelle IRM prévue dans une clinique privée en région parisienne. Compte-tenu de la grève, je pars en avance et arrive une demi-heure trop tôt. La secrétaire, après m’avoir délesté de 200 euros, m’annonce qu’il y a 3 heures de retard ! Ca commence bien… La salle d’attente est clean, bien décorée, ça change de la « glauquitude » du public. Malheureusement, il sont eu la mauvaise idée de mettre une télé, bloquée sur France 2. Et là c’est le drame : deux épisodes du Renard, un jeu stupide présenté par Julien Courbet, et l’horribe jeu de Nagui avec des gens qui chantent. Un calvaire… Vient ensuite mon tour. Mon ordonnance prévoit une angioIRM cérébrale et une IRM cervicale. L’examen est rapide, on m’injecte le gadolinium, j’ai une bouffée de chaleur, et 10 minutes plus tard, retour dans la salle d’attente. 30 minutes encore à patienter avant de voir le médecin, qui m’annonce qu’il n’y a rien d’anormal. J’ai attendu assez longtemps, il m’enverra le compte-rendu par courrier, mais je peux déjà prendre les clichés (encore 15 minutes à attendre le CD)

De retour chez moi, à 21h30 quand même !!, je m’aperçois que les clichés correspondent à une angioIRM cérébrale et une IRM cérébrale. Pas d’IRM cervicale donc… On paye cher, on attend trois heures, et le boulot est mal fait. A quoi ça sert d’aller dans le privé ??

J’attends la réception du compte-rendu avant de les rappeler, pour éventuellement y retourner. Mais rien en tout cas au niveau des vaisseaux, j’ai tout de même eu une angioIRM du cou, qui montre bien les artères et veines entre le coeur et le cerveau, et tout est désespérément normal.

xfactor
15:58
 
avr
8
xfactor

Depuis plusieurs semaines, j’ai l’impression que mon acouphènes est en très légère diminution.

  • Il m’est arrivé plusieurs fois dans la rue de ne plus l’entendre, alors qu’avant, le son variait au rythme de mes pas et je l’entendais même dans le métro.
  • J’ai pu allé au restaurant avec des amis sans être dérangé pendant le repas. Le bruit de fond du restaurant ne m’a pas posé de problème alors qu’il y a 6 mois je me sentais agressé par les bruits de foule.
  • Je suis moins dérangé au réveil, alors que c’est le moment le plus dur de la journée. Ils sont moins forts.
  • Il m’arrive de plus en plus souvent de ne plus les entendre quand ma tête est en position normale. Par contre, le volume est toujours le même quand je lève la tête ou que je sers les mâchoires.
  • Les crises aiguës (moments où l’acouphène est très fort, et où la sensation de pulsation est vraiment présente) se sont raréfiées.
  • Assez curieusement, l’acouphène est maintenant plus présent quand je suis assis, et plus calme quand je suis debout.

Bref, sans l’ensemble, ça va mieux. Au niveau traitement, j’ai tout arrêté sauf le Dogmatil le soir, le Stablon et je prends matin midi et soir du Tanakan depuis un mois. Cet extrait de Ginkgo Biloba semble d’après certaines études avoir des résultats positifs dans le traitement des acouphènes pulsatiles dus à des problèmes vasculaires.

xfactor
12:45
 
avr
8
xfactor

Je ne suis toujours pas décidé à renoncer aux investigations. La semaine dernière, je suis allé voir mon chirurgien pour un problème d’éventration. Si le terme est impressionnant, la réalité est plus rassurante puisqu’il s’agit juste dans mon cas d’une déchirure interne de ma cicatrice qui laisse passer la graisse du ventre. Je dois donc retourner une semaine à l’hôpital début mai pour réparer tout ça. Deux mois de convalescence en prime, c’est la fête ! On ne sait jamais, le fait d’avoir une antibiothérapie par IV pendant l’opération, et de recevoir à nouveau des doses d’anti-coagulants va peut-être nettoyer mes artères ou éliminer une éventuelle infection soignant du coup mes acouphènes ? On peut rêver !

Pendant le rdv, j’ai dit au chirurgien que ces problèmes de cicatrice étaient dérisoires par rapport à ce que l’acouphène m’infligeait, et il a décidé de prendre les choses en main, car visiblement, les ORL qui me suivaient n’étaient pas très intéressés par mon cas. Il a donc fait appel à ses relations pour dénicher un radiologue réputé, et m’a prescrit une angio-IRM cérébrale et une IRM cervicale. Cercivale parce que c’est le seul endroit qui n’ait pas encore été contrôlé. Quant la l’angio-IRM, j’en ai déjà eu une du polygone de Willis, qui n’avait rien montré à part une variante anatomique. Cette fois-ci, l’idée est de visualiser les vaisseaux au niveau de l’oreille. L’examen est prévu pour le 15 avril, et je dois me rendre dans une clinique privée en lointaine banlieue.

xfactor
12:34
 
xfactor

xfactor
Subscribe RSSxfactor
 
xfactor
Bonjour à tous,
Je souffre d'acouphènes pulsatiles depuis octobre 2009, sans qu'aucune cause n'ait été jusqu'ici identifiée. Si les infos et témoignages concernant les acouphènes classiques sont nombreux, il est difficile d'en trouver sur cette variante plus rare (3% des acouphènes sont pulsatiles). J'ai donc décidé de créer ce blog pour partager mon expérience et mes découvertes, et pourquoi pas grâce à l'aide des visiteurs de ce site comprendre un peu mieux d'où proviennent mes insupportables pulsations..

xfactor
© Acouphènes Pulsatiles